“ l’homme qui pleurait des averses les poings serrés